Visa, Mastercard, PayPal et Stripe n’ont pas décidé de rejoindre le projet Libra

Les sociétés de paiement Visa, Mastercard, PayPal et Stripe ne sont pas pressées de signer les documents officiels de participation au projet de monnaie numérique Facebook, rapporte Bloomberg.

Les entreprises estiment que Facebook exagère le niveau de soutien au projet de la part des régulateurs, qui expriment de plus en plus de doutes sur la Libra. Les prestataires de services de paiement craignent que la participation au projet affecte négativement leurs relations avec les autorités de régulation, qui revêtent une importance cruciale pour leur activité.

Les entreprises sont également préoccupées par le traitement des données Facebook et les problèmes de confidentialité.

Facebook souhaite signer l’Association Libra d’ici au 14 octobre pour assurer officiellement la participation des entreprises annoncées en juin dans le consortium. Bien que la signature de la charte n’oblige pas les participants potentiels à investir 10 millions de dollars dans le projet, ils hésitent quant à cette étape.

Le ministre des Finances de la France, Bruno Le Maire, s’est prononcé contre le développement du projet Libra en Europe. Le gouvernement allemand est allé encore plus loin en décidant d’interdire tous ces billets.

Parallèlement, selon Reuters, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) est prête à réglementer la Libra conformément aux règles en vigueur et ne voit aucun risque particulier dans la monnaie numérique de Facebook. Le directeur de la FINMA, Mark Branson, a indiqué que le projet évoluait de manière très transparente.

“Je suis beaucoup plus nerveux à propos des projets qui se développent dans le coin sombre du système financier, se propagent d’eux-mêmes dans le cyberespace et deviennent une fois trop volumineux pour les arrêter”, a déclaré Branson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.