Première ICO approuvée en France

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a approuvé pour la première fois une demande d’offre initiale de pièces.

Le site Web du régulateur indique que l’approbation a été reçue par French-ICO, qui a développé une plateforme pour le financement de projets avec des crypto-monnaies. Le permis sera valide jusqu’à la date limite de dépôt des demandes, qui expire le 1er juin 2020.

L’AMF souligne que les entreprises intéressées à réaliser des ICO ne peuvent déposer qu’une seule demande dans un délai de six mois. Des représentants du ministère ont indiqué qu’ils négociaient avec trois ou quatre candidats pour organiser une vente symbolique.

À la fin de l’année dernière, le Parlement français a approuvé les règles de conduite des ICO. Selon la loi n ° 2019-486 ou la loi PACTE, entrée en vigueur le 24 mai, les demandes d’ICO doivent disposer d’informations complètes sur le projet, contenir des supports marketing et autres informations afin que les investisseurs puissent évaluer avec précision les risques.

De plus, l’émetteur doit être une société enregistrée en France, mettre en place des mécanismes de suivi et de protection des fonds empruntés, et également suivre une politique de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Entre autres choses, la Loi PACTE exige que les crypto-échanges, les services de garde et les gestionnaires d’actifs s’inscrivent et soient certifiés à l’AMF.

Rappelons que les autorités françaises entendent lever des impôts sur le revenu lors de la conversion des crypto-monnaies en fiat. De plus, les autorités françaises envisagent d’imposer les offres de pièces primaires à un taux de 20%.