Comment miner le Bitcoin?

Pour expliquer ce qu’est le minage nous allons partir ensemble sur l’exemple du Bitcoin en particulier, même si les autres crypto-monnaies fonctionne plus ou moins sur le même schéma. Je vais vous décortiquer de façon simpliste ce qu’est le minage et les différentes méthodes pour le pratiquer. Après cette lecture, je vous conseil vivement de vous renseigner plus profondément si vous souhaitez vous lancer ou simplement approfondir le sujet.

Etant donné que le réseau Bitcoin est structuré de façon à éliminer les institutions financières, tel que la Banque de France, il n’y a donc pas de banque centrale pour créer de la monnaie. C’est donc à ce moment que les mineurs interviennent. Ces personnes mettent à disposition du réseau, des machines dédié à la vérification pour la validation des transactions. Ils sont présent pour remplacer les banques centrales.

En vérifiant les transactions, ils sécurisent celles-ci

Ces mêmes transactions sont regroupées de façon à former des “blocs”. Plusieurs machines interviennent en même temps sur un même bloc ce qui permet à chacun d’avoir la même chance de valider le bloc. Celle qui résout en premier celui-ci est rémunéré par la création de nouveau Bitcoin qui est alors mis en circulation. Les autres machines ayant elles aussi travaillées à sa vérification, touchent alors une commission en fonction de leur puissance de calcul respective (valable dans une coopérative de mineurs, si le bloc est remporté. Voir pour plus d’explication, plus bas)

Pour simplifier, le minage de Bitcoin c’est mettre à disposition sa puissance de calcul au réseau, qui est une ressource technique utile pour la vérification et la validation des blocs de transactions. Les mineurs sont donc rémunérés pour le travail fourni, proportionnellement à leur puissance de calcul.

Comme cité plus haut les “blocs” sont un ensemble de transactions regroupées en une information sur un temps déterminé par l’algorithme du réseau. Après chaque validation, ils sont placés les uns à la suite des autres, qui devient alors la Chain-Bloc ou “chaîne de blocs”. Cette chaîne à deux fonctions principales avantageuses. Premièrement, celle de mémoriser, de stocker ainsi que de retrouver les informations des transactions facilement en prenant un minimum de place. Voici le liens ouvert à tous ou vous pourrez retrouver cette Blockchain intégralement. Deuxièmement elle donne une très grande solidité pour la sécurité du réseau.

Comment vérifie-t-on un bloc ?

Le matériel que les mineurs mettent à disposition du réseau, fonctionne avec un logiciel qui s’assure du bon fonctionnement et lui permet d’accéder à celui ci. Lorsqu’un bloc est formé, il doit ensuite être analysé pour qu’on lui accorde un “Hash” qui assure au réseau qu’il a été analysé et vérifié. Une fois le “Hash” dédié positionné sur le bloc, celui-ci peut être ensuite intégré dans la chaine de blocs. Pour accroître la sécurité, chaque “Hash” est calculé en comprenant la somme du “Hash” relatif au bloc précédent. Ceci améliore et renforce grandement, la liaison des blocs entre eux.

Pour comprendre la création d’un “Hash” nous allons reprendre une métaphore répandu dans le milieu pour mieux visualiser ce qui se passe lors de sa création.

Imaginons devant nous une grille de sudoku, ce fameux jeu divisé en neuf carrés de neuf cases où chaque carré doit, une fois rempli, être composé d’un chiffre de 1 à 9 sans doublons et chaque lignes doit  suivre ce même procédé. C’est pratiquement le même procédé pour le “Hash” mais avec plus de cases et une grande difficulté. Chaque machine va alors balancer au hasard sur cette grille, les données qu’elle a à disposition pour tenter de remplir et de valider cette grille. Plusieurs machines essayent de remporter cette grille en même temps et la difficulté augmente proportionnellement au nombre de joueurs qu’il y a dans la partie. Pourquoi ? Pour que la possibilité de remplir cette grille diminue, ainsi le piratage devient peu probable. Une fois cette grille rempli il est facile de vérifier qu’elle est valide ou non, de la même manière qu’un Sudoku réel (difficile à remplir, facile à vérifier). Une fois cette “grille” rempli et validé par une des machines, le code unique de cette même grille appelé “Hash”, est collé comme validation sur le Bloc, que le réseau autorise ensuite à être placé à la suite des autres.

Maintenant que la théorie est comprise, nous pouvons nous intéresser à la manière de miner.

Pour commencer à miner du Bitcoin (et autres monnaies virtuel), il est essentiel d’acquérir du matériel  ou d’avoir accès à celui-ci par d’autres méthodes (que nous verrons ensuite). Commençons par le matériel personnel à acquérir. Tout les équipements ne se valent pas. Il y a de grandes différences de performance et de consommation d’une à l’autre ce qui impact directement la rentabilité.

Deux points essentiels à comprendre avant d’acheter :

– Le HashRate : Pour rappel, le mineur cherche à créer des “Hash” qui est le tampon définitif qui valide un bloc (transactions). Le HashRate correspond donc à la puissance de calcul que le matériel est capable de fournir par seconde.

Les unités de mesures sont :

_MH/sec (Méga)

_GH/sec (Giga)

_TH/sec (Terra)

Plus la capacité de calcul est haute, plus la proportion de chance de valider une transaction augmente.

– La consommation d’énergie : afin d’améliorer la rentabilité du minage, il est important d’optimiser sa consommation d’électricité car le matériel est plus ou moins gourmand en fonction de celui choisi.

Pour le matériel “physique” appelé Hardware, il existe deux grandes catégories :

  • Les CPU/GPUs : Plus simplement, c’est votre ordinateur qui peut-être optimisé avec des cartes graphiques supplémentaires. Cet outil est maintenant peu rentable au vue de sa faible puissance de calcul et de sa consommation.
  • Les ASICs : (Non pas la peine de vous mettre au Running) Elles sont spécifiques au minage. Elles ont un coup d’achat plus élevé, cependant c’est le matériel qui offre la meilleure rentabilité grâce à sa grande puissance de calcul et au vue de sa consommation électrique.

Ensuite pour rendre actif et utile tout cela, il est essentiel d’avoir un logiciel de minage pour vous permettre de faire fonctionner tout ce beau matériel.

  • Pour le CPU/GPUs il est nécessaire d’installer un logiciel, par exemple : Bitcoin Core. Ce logiciel télécharge toute la Bloc-Chain dont nous avons parlé plus haut. (Le téléchargement dure plus d’une journée au vu de sa taille conséquente). Puis un second logiciel est aussi nécessaire (un SoftWare de Mining) qui permet d’indiquer au matériel de commencer la vérification des blocs.
  • Quant aux ASICs, c’est généralement plus simple car tout est déjà intégré, il vous suffit de brancher le matériel et vous êtes prêt à vous lancer.

Pour calculer la rentabilité avant l’achat de votre matériel, il existe des calculatrices de profitabilité. Cela vous montre le temps approximatif qui est nécessaire pour amortir votre matériel.

Il existe une autre manière pour miner sans pour autant investir physiquement dans le matériel. Cela est appelé le “CloudMining” et la plus populaire est le “leasing hashing power” qui est simplement une location de puissance de calcul à une entreprise spécialisée, qui elle s’occupe de toute l’infrastructure. Tout est réalisé via Internet.

La référence dans le domaine est Cex.io qui détient la coopérative Ghash.io , elle est aujourd’hui la plus grande au monde. Pour acheter ce service il est primordial d’acheter auparavant des Bitcoin sur une bourse d’échanges car cette entreprise accepte uniquement ce type de transaction. Vous serez ainsi également rémunéré de la même manière en Bitcoin.

Le prix de la capacité de calcul est structuré en fonction de la loi de l’offre et de la demande.

Par exemple : plus le court du Bitcoin baisse, plus le prix du GH/sec augmente, car les mineurs ont tendance à délaisser le minage, fautes de rentabilité  à l’instant X. Cela permet  donc qu’un minimum de mineurs se partage la somme total de l’argent produit.

Plus simplement le prix du GH/sec, augmente en fonction de la probabilité d’argent qui est gagné lors du minage.

Donc plus le nombre de mineurs est élevé et plus la capacité de calcul augmente, c’est ce qui vous donne la nécessité d’investir pour augmenter votre capacité de calcul et ainsi vous permettre d’augmenter vos profits – calculer vos gain avec asics.

En ce qui concerne les coopératives mineurs, c’est une excellente opportunité car vous rejoignez alors un groupe de personnes qui mettent en commun leur puissance de calcul. Ce qui a pour effet d’augmenter le taux de validation de bloc et donc votre profit. Certes vous ne remporterez pas la somme totale qui est attribuer pour avoir validé le bloc mais vous augmentez par ailleurs la proportion de chance de toucher une commission grâce à votre force de calcul cumulé, ce qui vous permet d’empocher plus régulièrement de l’argent pour le même travail fourni. Etant donné que vous, en temps que particulier, vous validiez un bloc, cette méthode vous permet d’augmenter la probabilité, par l’effet cumulé, de toucher une commission.

Cette puissance de calcul cumulé vous permet ainsi de rentabilisé votre investissement plus rapidement avec régularité en augmentant votre sécurité.